Bilan intermédiaire de législature : satisfaite des avancées, la Municipalité doit tenir fermement la barre face aux vents contraires
Ville de Nyon


Certaines priorités sont incontournables pour la Municipalité : le dynamisme nyonnais, la qualité



de vie de ses habitants, ainsi que l’adaptation des infrastructures publiques aux nouveaux besoins de la population et de l’économie. En cela, la Municipalité est volontaire, et ses trois premières années d’actions le démontrent.



Nyon a pratiquement terminé son cycle de développement des écoles et des structures parascolaires indispensables pour faire face à la croissance démographique et aux exigences



cantonales. Grâce à des investissements de grande envergure, trois établissements publics de la ville – Nyon-Marens, le Couchant, et le Cossy – bénéficient désormais d’infrastructures, d’équipements et de technologies de grande qualité.



En parallèle, la Municipalité a enclenché l’embellissement d’espaces publics avec la population,



pour créer des lieux de vies, favoriser les rencontres et les réflexions sur l’évolution souhaitée de notre ville. Ainsi, les parcs du Cossy et de la Môrache ont été réalisés, et « Coeur de ville » et « Rives du lac » sont des projets bien engagés, qui vont bouleverser le paysage de notre cité ces quinze prochaines années.



Si beaucoup de chemin reste à parcourir jusqu’à juin 2021, la Municipalité se réjouit des avancées significatives. A commencer par les aménagements intermédiaires du square Perdtemps (en service depuis l’été 2017), de la grande jetée (juin 2018) et de la place de la Gare (inauguration le 26 juin prochain), qui concrétisent d’une part la volonté municipale d’agir rapidement sur les espaces publics en y associant la population, d’autre part de préfigurer et de tester leurs évolutions dans le temps. Ces réalisations contribuent par ailleurs, de par leur localisation et l’animation qu’elles génèrent, à une première étape de mise en œuvre du concept « Cœur de ville », qui vise la redynamisation du centre de Nyon. Parmi les autres avancées figurent la deuxième étape de la politique Objectif logement et le remaniement des zones industrielles, la procédure de mandats d’étude parallèles (MEP) du futur centre multisport de Colovray en voie d’aboutir, celle relative aux passerelles Nyon-Prangins et Bois-Bougy qui est quant à elle arrivée à son terme.



Cela dit, il s’agit aujourd’hui de se projeter en tenant compte d’un contexte qui n’est plus celui de 2016. La Municipalité doit face à des défis nouveaux : d’une part une situation financière difficile – des comptes 2018 en négatif, un lourd déficit projeté pour 2019 et des prévisions 2020 guère plus réjouissantes. D’autre part, des blocages à différents niveaux, juridiques ou politiques, ralentissent l’avancée de certains projets et s’avèrent coûteux pour la Commune.



La décision populaire du 17 mars 2019 de refuser la hausse de la fiscalité impose désormais à la Municipalité de revisiter l’ordre établi. Car la situation financière de la Ville est très préoccupante, avec une dette qui augmente et des revenus qui diminuent. La marge de manœuvre s’en trouve très limitée.



Alors, comment faire ?



Trois axes ont été identifiés, notamment à la suite de la tenue, au printemps 2019, des premières Assises financières nyonnaises : davantage de mesures d’économies, une priorisation sévère des projets et une plus grande transversalité de l’administration, à terme source d’économies.



Le changement n’est jamais aisé, mais il faut l’intégrer dans les réflexions pour l’avenir de la ville, tout en gardant ce qui a fait sa force jusqu’ici : le dynamisme économique, la maîtrise du développement, la réalisation et l’entretien d’infrastructures performantes et une politique sociale, environnementale, culturelle et sportive de valeur.



En fait, la Municipalité a décidé de traiter les contraintes imposées à notre ville comme des opportunités. C’est donc dans un état d’esprit constructif, tourné vers l’avenir, qu’elle les a intégrées dans son programme d’actions ; en focalisant son énergie et celle de son administration sur les projets essentiels, quitte à devoir en repousser certains, voire renoncer à d’autres.



Plusieurs projets ont donc été retardés d’une année, pour un montant d’investissement de l’ordre de 38 millions : le MEP et les études de l’aménagement définitif de la place du Château, les réalisations d’un immeuble de logements mixtes à la rue St-Jean et d’une nouvelle station pour vélos à la gare, le déploiement d’un plan signalétique et la mise en conformité du Musée romain.



D’autres ont dû être repoussés à la prochaine législature, représentant pour leur part un montant de plus de 90 millions. La réalisation de la plateforme gare (sud), la refonte du site de la piscine de Colovray, la construction du passage inférieur Viollier-Martinet, le déplacement du débarcadère et le réaménagement du port, enfin la mise en valeur de l’amphithéâtre.



La résilience et l’adaptation seront donc les maîtres-mots de ce deuxième volet de législature.



« Face à deux choix – agir, avec les critiques inhérentes à l’action, ou subir, avec un lot de lamentations – nous avons choisi l’action pour l’amélioration du cadre de vie de la population nyonnaise », a déclaré le Syndic

Consulter la page de Ville de Nyon

Téléchargez l'application

Disponible sous Android et iOS, Gratuite et anonyme.

*Fonctionne sur iOS 10+, Android 4.4.2 Kitkat et supérieur.

40 rue des Aciéries, 42000 Saint-Etienne France